Quelles indications pour les thérapies brèves ?

Les indications thérapeutiques de l’hypnose

Les symptômes des problèmes structurels les plus communs chez l’homme, comme les phobies, les allergies, le stress et les troubles compulsifs peuvent parfaitement être traités avec l’hypnose Ericksonienne ainsi que par l’hypnose dans une définition plus générale. Pour ce faire, le thérapeute va amener son patient dans un état modifié de conscience, ce qui rendra son inconscient plus accessible. Par la suite, le thérapeute va émettre des suggestions (parfois décidées au préalable avec le patient) pour induire dans l’esprit de celui-ci l’idée qu’il peut changer les choses et améliorer sa vie. Le thérapeute n’est qu’un guide. Pour des problèmes complexes, le recours à des méthodes différentes utilisées en synergie peut apporter un résultat. C’est le thérapeute ou psychopraticien qui, en fonction de sa connaissance du patient et de son expérience, de sa maîtrise des techniques d’approche et de son intuition propose au patient la prise en charge qu’il juge la plus adaptée.

L’EMDR : pour quelles symptômes ?

L’EMDR, en tant que thérapie s’adresse aux enfants et aux adultes victimes de traumatismes, d’événements pénibles, d’addictions aux produits narcotiques. Les indications peuvent également inclure des attaques de panique, des troubles obsessionnels compulsifs, des troubles psychosomatiques et de dépression. Quel que soit le profil du patient, l’EMDR apparaît comme une solution dès lors qu’il est psychologiquement instable. Il faut cependant noter que cette thérapie possède quelques contre-indications. L’EMDR, tout comme d’autres approches thérapeutiques brèves ou longues, n’est pas recommandé aux personnes qui sont atteintes de psychoses, les suicidaires ou les personnes qui souffrent de troubles cardiaques. Mais au final, c’est au thérapeute d’évaluer si un patient a besoin ou non de cette thérapie.

La Programmation neurolinguistique (PNL) et ses indications

La psychothérapie est la première indication de la programmation neurolinguistique. D’emblée, on peut rappeler que les protocoles utilisés dans la PNL résultent avant tout des observations des grands thérapeutes qui ont appartenu à différentes écoles de sciences humaines. Historiquement, la PNL n’a été d’abord utilisée que dans le champ de la psychothérapie, et cela a permis aux précurseurs de la discipline, John Grinder et Richard Bandler, de trouver des réponses à certaines phobies. Aujourd’hui, les applications de cette discipline se sont bien étendues. Les psychothérapeutes en programmation neurolinguistique apportent aux patients des solutions qui loin d’être toutes faites, les amènent à fournir un travail psychologique plus soutenu s’ils souhaitent renouer avec l’équilibre.

Crédit photo : Pascal Courtaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *