La thérapie brève orientée solution

Thérapie orientée solutionPsychothérapie en vogue depuis plusieurs années, la thérapie brève orientée solution mérite d’être mieux connue, notamment par les personnes intéressées par une démarche thérapeutique. Les précurseurs sont Steve de Shazer et son épouse Insoo Kim Berg, deux thérapeutes américains ayant vécu dans la deuxième moitié du 20e siècle.

La thérapie brève centrée sur les solutions : définition

La thérapie brève orientée solution renverse l’approche habituelle qu’on trouve dans les psychothérapies classiques par rapport à une problématique. Plutôt que de chercher à comprendre la logique d’un dysfonctionnement, sa cause, son histoire, ses interactions avec l’environnement, on cherche à « faire différemment » et à faire élaborer une solution par le patient, misant sur ses ressources intuitives et inconscientes et sur des pratiques.

Basée à l’origine sur les travaux sur la communication de Milton Erickson, cette méthode aide la personne à imaginer un futur plus prometteur, plus clair. Elle consiste à l’accompagner pour atteindre cet objectif et à développer une image positive de sa situation après la résolution du problème.

Les points forts

Contrairement aux autres méthodes de psychothérapie actuelles, la thérapie brève orientée vers les solutions ne requiert pas un diagnostic des symptômes et des causes. En l’occurrence, cette méthode de psychothérapie nécessite de se tourner vers le changement, inévitable face aux problèmes rencontrés. Dans tous les cas, cette discipline n’analyse pas le passé, mais cherche dans le présent les efforts qu’il est possible de produire pour optimiser au maximum l’avenir. La personne est un acteur majeur dans sa propre thérapie. La démarche révèle les points forts de chaque patient, les exploite pour l’orienter vers la liberté et vers une plus grande confiance en soi.

Pratique de la thérapie brève orientée solutions

Le thérapeute aide les patients en leur offrant une ambiance propice, incluant écoute et bienveillance. Ce climat permet de se libérer de ses difficultés et de ses souffrances. Les patients ont l’opportunité de découvrir leur ressources et de les exploiter afin d’optimiser la gestion de leurs états émotionnels. À travers cette thérapie douce, les patients peuvent affronter la vie plus sereinement et aborder le changement par étapes progressives jusqu’à l’objectif désiré.

Pour la réalisation de la thérapie, différents outils sont à la disposition du psychothérapeute : il peut faire appel à l’hypnose ericksonienne, à la PNL (Programmation Neurolinguistique) ou aux mouvements oculaires (EMDR).

Des principes clés

Pour réussir la thérapie brève orientée solution, trois principes méritent d’être observés. Le premier consiste à ne pas réparer ce qui n’est pas cassé. Cela signifie qu’un comportement peut gêner une personne sans pour autant constituer un symptôme à éliminer. Le psychopraticien peut simplement aider la personne à changer son regard sur elle-même pour réaliser une acceptation et un non-agir salutaire. Le second est de continuer la démarche qui réussit et même de la poursuivre, de la répéter, car le changement survient à l’aide d’efforts minimes reconduits jusqu’à satisfaction. Le dernier consiste à changer d’orientation si des efforts pour guérir n’ont pas payé : pourquoi s’obstiner dans une voie qui n’apporte pas ce que l’on souhaite ? Le bon sens indique de se tourner vers autre chose ou vers une autre approche.

Grâce à cette méthode pragmatique et intuitive, les patients parviennent à mieux se connaître, à se comprendre et à prendre du recul. Ils sont aptes à agir pour être l’acteur des changements profitables dans leur vie, et à faire face à l’avenir sans peur ni angoisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *